---
8 Juil 2014, 9:52
Asie/Asia Croisières/Cruises
by

leave a comment

Croisière en Asie, Taipei et Hong Kong (5)

Taipei,Asie

Taipei, Asie

À Shanghai, je croyais avoir tout vu au rayon de la démesure; je n’avais pas vu encore Taipei et Hong Kong.
Nous avons abordé l’île de Taiwan par le Nord et pour trouver notre quai au port de Keelung très étroit à l’heure de Taipei, Notre géant des mers a dû reculer sur près de 1 voiture tourner kilomètre il n’aurait pu Pas pour Repartir. La danse du dragon nous attendait et les jeunes danseurs se hâtaient pour enfiler Leur corps de dragon Parce que le bateau était en avance sur l’horaire prévu.
Taiwan, une Qu’on longtemps appelé Formose (nom du Portugais Formosa Qui veut dire Jolie) est couverte de montagnes et forêts de. Elle est redevenue Une région de la Chine depuis la fin de la 2e guerre mondiale mais son caractère vivant autonomiste Encore est bien.
Contient Le Musée national de la plus grande collection de trésors chinois dans le monde. Les objets en jade Sont Particulièrement intéressants.
Nous avons ensuite visité le temple de Pao-An Nombreuses décoré de figures de la mythologie chinoise Où nous avons retrouvé les odeurs d’encens et l’atmosphère de prières.
Les rues Sont larges et les immeubles officiels Sont beaux. Des fleurs partout. Puis l’immeuble Taipei 101 apparait La Tête dans les nuages. Une extravagance dont les taïwanais Fiers sont. Un peu plus loin, nous Visitons le musée commémoratif de Chiang Kai Shek Qui S’est réfugié à Taiwan après la défaite de ses armées contre Mao Tsé Tong. Un imposant bâtiment d’architecture traditionnelle Entouré de beaux jardins dans un parc grandiose.
La fierté de ce peuple pour ce qu’il accompli et sa volonté de garder sa spécificité dans la Chine d’aujourd’hui est palpable.
Quelques jours plus tard, les premières collines qui entourent Hong Kong Ont commencé à défiler devant le balcon de notre cabine au petit matin. Je me croyais à Rio de Janeiro, à Monaco ou sur les hauteurs de Los Angeles. Des immeubles partout qui grimpent vers le ciel. Ce n’était pas fini, le approchait du centre-ville! Incroyable amalgame de béton avec la colline de Victoria en arrière-plan. Rien de chinois comme impression. Une ville archi-moderne, incroyable, une des places d’affaires les plus attractives du monde, où un milieu cosmopolite nous parle d’argent tout le temps.
Le panorama qui apparait en montant vers le sommet du Mont Victoria en funiculaire, est littéralement à couper le souffle: la baie, les immeubles, la péninsule de Kowloon en face, les montagnes. Un site hors du commun. Un temple vivant de la modernité.
En redescendant, il y a Repulse Bay où il est possible de mettre les pieds à l’eau et le Marché Stanley pour y faire quelques achats. On est à Hong Kong après tout. Et puis, un village de pêcheurs qui vivent sur leurs bateaux, Aberdeen. Ici nous sommes loin de la richesse du centre-ville: c’est plutôt le domaine de la vie modeste et parfois franchement misérable à l’ombre des tours où semble pousser l’argent. C’est tout à fait exotique et dépaysant et un petit tour en jonque entre « les rues » de bateaux ne manquait pas de pittoresque.
À la fin de la journée, notre bateau, a quitté le port en passant devant la ville illuminée. Un spectacle unique de lumière dans le silence du bateau qui avançait lentement sans froisser l’eau.
Des images qui se gravent dans nos cerveaux au gré des néons qui scintillent, des lasers qui balaient le ciel de milliers de reflets sur l’eau. Dans un éclat saisissant, une expérience presque mystique, une profession de foi dans futur un certain, une absence totale de préoccupation pour les économies d’énergie et de l’environnement.

5 Déc 2009, 6:56
Asie/Asia
by

leave a comment

Croisière en Asie Shanghai

shanghaii1
Shanghaii, Chine, Asie

La ville de Shanghai dans Tintin et le Lotus bleu m’a fasciné quand j’étais jeune. Pourtant le Shanghai de Tintin est méconnaissable aujourd’hui. C’est toujours une ville ouverte aux influences extérieures mais les fumeries d’opium sordides ne caractérisent plus cette ville fascinante à bien des égards qui fut le berceau du Parti Communiste Chinois.

Notre premier contact avec la ville nouvelle fut avec le port. Un ballet synchronisé de bateaux et de conteneurs qui fait son spectacle 7 jours par semaine et 24 heures par jour et qui nous fait réaliser que Shanghai est, avec ses 16 millions d’habitants, le cœur économique de la Chine. Toute la nuit, avant d’arriver au port, nous avions rencontré sur le bras d’eau qui nous approchait de la ville, une file ininterrompue de cargos de toutes tailles.

En ville, nous avons commencé notre visite par la rue Bund qui est bordée d’immeubles qui datent de la période où les Britanniques et les Français dominaient le commerce. Une rue qui s’allonge le long de la rivière Huangpu et qui nous présente une architecture à l’européenne. Quand on se retourne, on voit le nouveau Shanghai avec ses tours démesurées et ses nombreux chantiers de construction. Par ici un hôtel de 100 étages, par là, la future plus haute tour d’Asie, la Oriental Pearl TV Tower comme dans beaucoup de villes d’Asie, une course au spectaculaire, une course au plus haut, au plus gros au meilleur qui nous rappelle que les États-unis. Sur la rivière, brune, des bateaux traditionnels et des bateaux pour touristes s’entrecroisent. Un paysage de demain, déjà réel maintenant.

La vieille ville allait nous plonger dans la Chine de notre enfance : petites rues étroites, foule bigarrée, marchands colorés, spectacle de marionnettes, restaurants exotiques, odeurs d’Orient, sourires, rires. Ne ratez pas la vieille ville et prévoyez au moins une demie journée si vous voulez vous en imprégner.

Après le repas pris dans un chic hôtel de style anglais, nous avons visité le Palais des enfants fondé par Mme Sun Yat-sen, la veuve du Père de la nation pour les enfants talentueux dans les arts et les sciences. Dans cet immeuble très modeste aux murs défraîchis, nous avons vu et entendu des enfants chanter comme à l’Opéra de Pékin, jouer du violon chinois et exécuter des danses traditionnelles.

Le musée de Shanghai est célèbre pour ses collections d’objets en bronze, pour ses peintures sur papier de riz, ses céramiques. J’ai particulièrement apprécié pour ma part le mobilier ancien et les calligraphies. La boutique du musée mérite un arrêt.

Finalement nous avons complété notre trop courte visite par le temple du bouddha de jade où les moines étaient en prières, l’encens et bien sûr le bouddha de jade, une pièce d’une grande beauté dans une salle remplie d’offrandes où les bouddhistes faisaient preuve d’une ferveur respectueuse.

Au revoir Shanghai, je reviendrai te voir avec beaucoup de plaisir si l’occasion se présente à nouveau pour circuler dans tes rues où la vie fourmille et où le demain ne semble pas avoir de limites.

Pour en savoir plus sur le Palais des enfants fondé par Mme Sun Yat-sen
http://maoming.homestead.com/SoonChingLing.html

Shanghai, Chine

Shanghai, Chine

Shanghai, Chine, Asie
Shanghai, Chine, Asie
Palais des enfants, Shanghai, Chine
Palais des enfants, Shanghai, Chine

 

 

 

 

 

 

 

 

 ______________________________________________________________

5 Oct 2009, 4:31
Europe
by

leave a comment

L’Andalousie en Espagne

Cette région du sud de l’Espagne a tout pour séduire un québécois qui sort de l’hiver : des fleurs partout, des bâtiments qui nous rappellent l’influence arabe et l’émotion des danseurs de flamenco.

Votre tournée en automobile pourrait partir de Cordoba avec ses vieilles rues et sa célèbre mosquée Mezquita. Au sud-ouest, Séville est incontournable avec sa vieille ville, le grand parc Maria Louisa où je me rappelle avoir pris un repas mémorable de paëlla au poulet il y a plusieurs années sur une terrasse où le parfum des fleurs d’orangers contribuait à rendre magique ce repas plutôt simple.. Les espagnols sont gentils et prévenants, ce qui ne fait qu’ajouter au plaisir.

En route pour Granada, en allant vers l’est, vous serez subjugué par les paysages et les villages de maisons blanches. N’oubliez pas de passer par Antequera et La Pena de los Enamorados.

La nourriture vous comblera par sa simplicité et ses saveurs espagnoles et marocaines.

La revue Travel and Leisure propose d’aller voir le spectacle de flamenco de la Fundacion el Monte à Séville le jeudi soir pour 30$ pour 2 personnes. À Granada, on nous propose d’aller au salon de thé Alfaquara dans le quartier Albaicin.

Michelle Dufort

24 Avr 2009, 2:36
Asie/Asia
by

leave a comment

Voyage en Asie: Nagasaki et Okinawa

Nous avons vu le soleil se lever sur la côte du Pays du soleil levant et, peu après le Japon nous tendait la main. Le bateau a ralenti et est entré lentement dans la baie de Nagasaki. Sous le nouveau pont qui enjambe l’entrée du port, la sirène du bateau a retenti et nous a fait sursauter. Le Sapphire  de la société Princess Cruise Line http://www.princess.com/ a été construit à Nagasaki dans les chantiers de Mitsubishi et retournait au bercail pour la première fois. L’accueil sur le quai était inhabituel; musique, officiels, dragons, etc. La vue que nous avions de la baie ceinturée de collines à partir du 14e pont était saisissante. Nagasaki est la ville qui a inspiré Puccini pour l’opéra Madame Butterfly et fut le centre de la religion chrétienne au Japon. Ce fut aussi longtemps le seul port japonais ouvert au commerce extérieur. Nagasaki, est avec Hiroshima, la seule autre ville du monde à être détruite par une bombe atomique. Nous avons visité le musée de la Paix et le parc qui est maintenant aménagé là où la bombe a explosé le 9 août 1945. Partout il y avait des groupes d’écoliers.

Nagasaki est une ville qui s’est reconstruite, mais elle a tellement souffert que sa beauté ne saute pas aux yeux. C’est un rappel vivant de la capacité de destruction.  Rien d’exceptionnel n’a vraiment attiré notre œil lorsque nous avons fait le tour du centre-ville.

 
Le départ du quai fut touchant. Un orchestre de jeunes s’était installé et a joué plusieurs morceaux  de musique avec une fougue et un enthousiasme qui ne pouvaient qu’émouvoir. Après des au revoir, des baisers envoyés au vent et une émotion peu commune pour les départs de bateau maintenant, l’orchestre a joué .Ce n’est qu’un au revoir » les plus froids d’entre nous en avaient la chair de poule et les yeux pleins d’eau. Un moment remarquable vécu par des jeunes survivants d’une ville massacrée qui croit en son avenir.

 
Quelques jours plus tard nous arrivions à notre 2e escale au Japon. L’île d’Okinawa est au sud de l’archipel japonais et est dans sa partie orientale une station balnéaire. Quand le bateau a accosté nous avons visité le centre-ville et fait le tour d’un très typique marché public Makishi où j’ai vu des poissons à vendre d’un bleu turquoise que je n’avais jamais vu. J’ai vu également des têtes de porc avec des lunettes fumées, un humour qui m’a fait découvrir les japonais sous un angle nouveau.

 
Nous aurions pu visiter les installations militaires mais nous avons opté pour la visite du château Shurijo, perché sur une colline qui fut le siège du royaume Ryukyu pendant plus de 500 ans. Une construction de pierres grises avec des murailles élevées pour sa protection. Une petite marche pieds nus pour visiter le temple, une promenade sur la rue Kokusai pour un peu de magasinage et un dernier coup d’œil sur cette ville qui nous en a appris beaucoup sur la culture japonaise traditionnelle.

 

Jean Duquette

 


15 Avr 2009, 4:43
Asie/Asia
by

leave a comment

Série Croisière en Asie: Beijing et la Grande Muraille de Chine (2)

Muraille de Chine, Asie

Muraille de Chine, Asie

 Le vol direct Toronto-Beijing d’Air Canada s’est bien déroulé même si une attente de deux heures sur la piste à cause d’une radio défectueuse a rallongé de deux heures le vol prévu pour un raisonnable 13 heures. On a raté l’approche de Beijing à la clarté et il faisait donc noir lorsqu’on a découvert la Chine.

Déjà en sortant de l’avion, on débarque dans un autre monde, on est ailleurs. Ce qui m’a d’abord surpris, c’est la fébrilité et le fourmillement de monde. Tout le monde n’est pas zen en Chine même si tout le monde semble vouloir sourire. Partout, des gens aimables qui, nous le vérifierons plus tard, sont fiers de ce qu’ils sont en train d’accomplir.

Ensuite, ce qui m’a marqué le plus, c’est l’impression de visiter une véritable grande puissance qui vit une explosion de développement et qui semble très bien connaître son plan de match. Des autoroutes en construction partout, des gratte-ciel, d’un grand raffinement esthétique et des avenues très larges remplies de véhicules de toutes sortes.

Mais où donc est la Chine traditionnelle? Dans la vitrine qu’est la capitale, la vieille Chine a été rasée et elle est remplacée à un rythme effréné par des quartiers nouveaux. Heureusement, il reste encore beaucoup de monuments et de structures anciennes à voir mais la Chine semble regarder vers le futur plus que d’être tournée vers son passé qui prend une place de plus en plus timide.

Le parc olympique pour les Jeux de 2008 et les nouveaux projets sont au bout du regard des chinois; les temples traditionnels et les jardins ont encore une grande place dans leur cœur mais les nouvelles attractions ont la cote auprès des jeunes.

Nous avons visité l’immense et célèbre place Tiananmen et nous avons parcouru toutes les cours intérieures et les palais impériaux de la Cité interdite avec émerveillement, accompagnés d’une foule dense et respectueuse. Une longue marche sur des pavés inégaux, la tête en l’air à regarder le rouge des immeubles, le jaune des toits et la beauté des sculptures.

À la sortie comme à beaucoup d’autres occasions par la suite, des hordes de jeunes vendeurs d’objets divers : des T-shirts à 3 dollars, des montres Rolex à 4 dollars ou des casquettes olympiques à un dollar après une courte négociation. Partout des sourires, même si on n’achète rien.

Après le repas, nous avons visité le Parc du Temple du Ciel. Nous y avons découvert des chinois qui jouaient aux cartes, d’autres qui chantaient à pleins poumons des mélodies traditionnelles en formant des groupes spontanés sous les arbres et d’autres qui dansaient sur la promenade qui conduit au Temple. Un beau samedi à la chinoise.

Le lendemain, l’autobus a pris 90 minutes pour se rendre à la Grande Muraille après un arrêt à un site imposant qui regroupe les tombeaux des Ming. On a tous vu des photos de la Grande Muraille mais la réalité m’a littéralement soulevé de mon siège lorsque je l’ai vue pour la première fois grimper le long d’une montagne très pointue et serpenter ainsi sur les montagnes avoisinantes. Sur la Muraille, on ne peut que penser à ceux qui ont conçu et construit ce projet presque insensé. Les pentes sont parfois tellement abruptes qu’il faut se pencher vers l’avant pour continuer à monter. Elle mérite son titre de Merveille du monde moderne.

Après bien des visites dans la région de cette ville qu’on appelait Pékin, nous avons retrouvé notre hôtel. Le Ritz Carlton du quartier financier est tout neuf et entouré de tours modernes. Il est spectaculaire de confort, de luxe et de modernisme mais il n’est chinois que par son personnel ou les nuées de vélos et de mobylettes dans les rues qui l’entourent.

Le lendemain, après une soirée à un spectacle d’arts martiaux qui différait beaucoup de la démonstration de l’Opéra de Pékin de la veille, nous avons pris la route du port de Xingang à 150 km de Beijing où nous attendait le bateau. En route, nous avons visité le Palais d’été de l’Empereur : un grand parc autour d’un lac avec des pagodes qui dépassent des collines. Un paysage apaisant d’une grande beauté où circulaient des familles entre les anciens palais, les cours intérieures et les étangs où les lotus et les nénuphars fleurissent en été.

La zone industrielle de Xingang ressemble à toutes les courses au développement économique. Des grues, des trous et des immeubles qui attendent leur démolition.

Au bout du quai, que notre chauffeur a finalement trouvé après avoir demandé des renseignements et rebroussé chemin à quelques occasions, le Sapphire Princess nous attendait, éclatant de blanc sous une pluie fine d’octobre.

Cité Interdite, Beijing, Chine

Cité Interdite, Beijing, Chine

 

Temple du Ciel, Beijing, Chine

Temple du Ciel, Beijing, Chine

Grande Muraille, Chine

Grande Muraille, Chine

 

 _____________________________________________________

28 Mar 2009, 12:08
Aventures /Adventures
by

leave a comment

Soleil de minuit

Soleil de minuit, Danemark, Europe

Soleil de minuit, Danemark, Europe

 Nous avions hâte de faire ce voyage en train entre Stockholm en Suède et Oslo en Norvège en juillet parce que les paysages des pays qu’on appelait scandinaves et qu’on appelle maintenant nordiques ressemblent beaucoup à ceux du Québec et aussi parce que ce train de nuit devait circuler sous le soleil de minuit.

En cette période de l’année, il fait clair toute la nuit, parce que le soleil reste juste au-dessus de l’horizon, avant de remonter dans le ciel le matin venu. Il ne fait pas clair comme en plein jour mais plutôt comme un soir de grande pleine lune en hiver quand la lumière brille sur la neige ou comme à la brunante.

Nous avions réservé nos billets et nos places comme c’est prudent de le faire lorsque l’on voyage en saison d’affluence. Nous étions à l’heure à la gare et le train nous attendait. Tout allait très bien jusqu’à ce que nous trouvions notre wagon et que nous trouvions aussi des gens assis dans nos sièges.

Après vérification avec le contrôleur et discussion avec les mains parce que personne ne parlait ni français, ni anglais, ou espagnol ou latin…, nous avons compris que tout le train était dans cette situation parce que le système de réservations avait attribué toutes les places en double. Comme nous n’étions pas les premiers arrivés, nous avons dû nous contenter du corridor pour toute la nuit. Ma femme s’était glissée sous les derniers sièges à l’arrière du train, juste avant la section des toilettes et a fini par s’endormir avec les enfants. N’ayant pas de talent d’acrobate ou de fakir, je me suis installé entre deux wagons et, debout j’ai regardé défiler les lacs et les forêts sous le soleil de minuit. En descendant du train, je n’avais pas le goût de marcher et je ne rêvais que de m’asseoir mais j’avais de belles images dans la tête.

Jean Duquette

26 Mar 2009, 7:42
États-Unis/US
by

leave a comment

Plattsburgh et les USA

Statue de la Liberté, New York, États-Unis

Statue de la Liberté, New York, États-Unis

Pour beaucoup de Montréalais, le premier contact avec les États-Unis s’est fait en visitant Plattsburgh dans l’état de New York; pour beaucoup de québécois, ce fut la côte du Maine, Hampton Beach au New Hampshire ou Atlantic City et Wildwoods au New Jersey.

Pour beaucoup, c’est la région de Burlington au Vermont avec ses belles montagnes. Pour moi, ce fut le lac Champlain à qui le fondateur de la ville de Québec a donné son nom bien avant ma première visite.

J’ai apprivoisé ce grand lac par le Québec en approchant de la baie Missisquoi; puis ma famille et moi avons pris un des bateaux qui fait la navette entre le Vermont et l’état de New York.

Pour ma femme et sa famille, ce sont les centres commerciaux de Plattsburgh qui étaient l’incarnation du rêve américain. Elle se rappelle de la fébrilité pour faire disparaître les sacs des magasins avant le passage aux douanes.

Pour ma part, je me rappelle des rondelles d’oignon et de mes premiers véritables hamburgers américains.Au gré des variations du taux de change entre les deux dollars, les chasseurs d’aubaines sont encore nombreux aujourd’hui à se rendre dans le nord de l’état de New York pour magasiner, visiter les grottes de Ausable Chasm ou marcher dans les sentiers des Adirondacks à Whiteface Mountain ou Lake Placid.

Depuis peu, le nouvel aéroport international de Montréal en sol américain vient de commencer ses activités en nous promettant des aubaines irrésistibles à moins de cinquante minutes du centre-ville de Montréal. L’aéroport de Burlington offre des vols à tarifs très intéressants depuis déjà quelques années. Les transporteurs actifs à Dorval devront surveiller cela de près; espérons que l’offre et les prix n’en seront que plus intéressants pour nous sans mettre en péril la rentabilité des entreprises qui nous ont bien servi depuis plusieurs années. Il n’y a rien comme la concurrence pour réveiller tout le monde et faire éclater la créativité.

Ma vie de voyageur m’a conduit par la suite dans plus de quarante cinq états et ma vie professionnelle m’a permis de vivre chez notre seul voisin international à trois reprises.Sans faire de politique, on peut touristiquement dire God Bless America.

C’est un pays immense et diversifié et beaucoup d’entre nous s’y sentent bien ou y font des affaires avec succès.

 

Newport, Rhode Island, États-Unis
Newport, Rhode Island, États-Unis
 
Fort Lauderdale, Floride, États-Unis

Fort Lauderdale, Floride, États-Unis