---
6 Oct 2016, 4:28
Croisières/Cruises Europe
by

leave a comment

See Venice and die, but not yet

Venice, Italy

Italy has everything to seduce and Venice remains an exceptional place capable of giving you a real thunderbolt that will last all your life.

My first contact was in the early morning at the arrival of a train coming from Paris. Leaving the station, I was literally overwhelmed by the view of the canals, the old buildings and especially the silence of a city without a car.

The last was on the Queen Victoria, a magnificent cruise ship from Cunard from where on the upper deck I could admire the rooftops of the city. A different perspective but how exhilarating.

A classic stop is St Mark’s Square with its imposing cathedral, its overpriced terraces and its opening onto the lagoon with turquoise waters when the weather is nice. The Palace of the Doges, who ruled the town, and the famous Bridge of Sighs, under which hundreds of gondolas filled with lovers every day pass, who do not know that the sighs which gave their name to the Bridge were not those but rather those of those condemned to death who were going to enforce their condemnation.

From the docks of the lagoon you can see the gondolas, taxi boats, bus boats, rubbish boats and a wide variety of other colored boats. The large steamships that leave the Grand Canal to reach the open sea by sailing between the islands are a striking spectacle. Throughout the canals, you can see these columns painted in twists with very visible colors that serve to moor the boats or to identify a boat-bus stop.

A frequent destination is the island of Murano with its glass craftsmen who offer products for all tastes and all prices.

The true charm of Venice lies for me in the secondary canals and small places less frequented by tourists where you will find old churches to visit and restaurants filled with residents. Everywhere bridges, sometimes very narrow canals and everywhere this silence with, as the only background noise, the occasional passage of a small boat propelled by very quiet engines and the sound of waves lapping on the houses.

Who says Italy, says good food and good wines. Venice has everything you need to satisfy. Not to mention the gelato cone which is a delight at any time of the day. And of course, Venice has beautiful museums, theaters, festivals, a carnival and beautiful things in the windows of the commercial streets.

At sunset, you will see the buildings become orange and when night comes, the water will become a mirror for the lights.

If you resist, you are not like me.

You have to see Venice and take time to live at its own pace!

 

http://www.enit.it

7 Jan 2008, 1:18
Entrevues/Interviews
by

leave a comment

Francine Ruel

francine-ruel

Francine Ruel est comédienne, animatrice de l’émission Nos restos chouchous au Canal Évasion, auteure de nombreux livres et grande voyageuse.

Je l’ai aperçue tôt, un matin d’octobre à l’aéroport Pierre Elliot Trudeau alors qu’elle était en route pour aller faire la présentation de son  livre Maudit que le bonheur coûte cher.

Quand on lui demande ce qu’elle pense des voyages, elle reste d’un calme absolu mais elle s’anime et raconte de façon intarissable toutes ses expériences. Il serait même tentant de croire qu’elle ne vit que pour les voyages. Elle répond avec enthousiasme qu’elle en ferait tout le temps parce ce que c’est emballant, que c’est stimulant et que s’il n’y a pas d’inconnu ou de découvertes, la vie serait triste et morne.

Elle aime voyager seule, profiter de cette solitude pour observer, écouter, humer les odeurs spéciales et différentes afin de pouvoir nous les décrire avec soin dans ses livres. L’Asie, le Japon, le Mexique, l’Argentine et l’Italie sont des pays qu’elle a apprivoisés à sa manière.

Elle ne nie pas adorer l’Italie à cause de la gelato, de ses marchés aux mille saveurs, de sa Toscane en hiver et même de ses routes encombrées où seuls les touristes se servent des clignotants pour indiquer qu’ils changent de voie et, histoire de mieux s’imprégner de la culture, elle y a même suivi des cours de cuisine.

C’est autant par les chansons de Carlos Gardel qu’elle aime fredonner et des cours privés de Tango donnés par un professeur spécialisé de Buenos Aires que par les artistes du quartier La Boca qu’elle a été conquise par l’Argentine.

C’est par train qu’elle aime voyager en France, parce qu’elle sait qu’ils seront presque toujours à l’heure. Elle ose même planifier ses itinéraires pour être au rendez-vous, au moment des primeurs sur les marchés. Là aussi elle parle peu mais apprend des marchands qui ne ménagent pas leurs mots ou leurs conseils.

Malgré ses nombreux voyages, Francine Ruel n’a jamais connu de mésaventure, sauf une certaine fois où elle a raté son avion, mais ça c’est une autre histoire!

Michelle Dufort

21 Nov 2007, 8:15
Québec/Quebec
by

leave a comment

La recherche du spectaculaire

De plus en plus, les voyageurs choisissent leur destination de vacances en fonction d’une attraction, d’un paysage ou d’une atmosphère qui sont obligatoirement spectaculaires. Les destinations qui offrent des produits touristiques de qualité mais ordinaires n’ont plus la cote et leur pouvoir de séduction est grandement diminué si ces destinations ne peuvent offrir un déclencheur de décision excitant.

 
Les gens veulent rêver quand ils pensent à leur prochain voyage; ils veulent se voir sur le pont d’un paquebot ou dans un paysage qui inspire la détente, ou ils se voient en train de pratiquer une activité qui sort de l’ordinaire somme un cours de cuisine ou une plongée dans les eaux chaudes ou encore une poursuite de baleines ou d’éléphants. C’est de cela qu’ils parlent lorsqu’ils justifient le budget qui sera nécessaire et qu’ils décrivent en premier lieu pour épater leur entourage.

 

 

 

 

 

 

C‘est cela qu’ils attendent avec impatience lorsque leur voyage commence et c’est encore de cela qu’ils parleront en premier à leur retour. Tout le reste devient à la limite un faire-valoir de l’attraction principale, celle qui nous a attiré.

La concurrence est très vive pour attirer les voyageurs et leurs dollars et les destinations les plus populaires sont souvent celles qui ont les budgets de promotion les plus importants. Le produit doit être exceptionnel s’il veut être remarqué sans appui promotionnel.

La publicité gratuite faite par tous les journalistes de la planète couvre en grande majorité les destinations irrésistibles pour ceux qui cherchent l’insolite et l’unique; c’est la loi de l’offre et de la demandeDubaï, Las Vegas, l’Australie/Nouvelle Zélande, la Toscane, la Provence, la Patagonie font rêver parce qu’ils promettent de sortir de la monotonie

Le Québec possède beaucoup d’atouts pour jouer dans les grandes lignes du rêve et de la séduction, il lui faut cependant des budgets supplémentaires de promotion, un rapport qualité/prix aussi attractif que la compétition internationale, le développement de nouveaux produits pour allonger la période  touristique, et une ou des attractions extravagantes et uniques qui compléteront ses attraits naturels pour y parvenir.

21 Nov 2007, 9:14
Aventures /Adventures
by

leave a comment

La valise

 
Valise oubliée
Valise oubliée

Préparer des valises est toujours un exercice qui demande de s’y adonner avec application. Je n’utilise pas de listes pour m’assurer que je n’oublie rien car j’ai suffisamment voyagé pour savoir ce dont j’ai besoin et pour surtout savoir qu’il faut en apporter toujours moins que ce que l’on pense.

Ma femme fait sa valise plutôt à la dernière minute et ça fonctionne bien pour elle et elle a voyagé autant que moi.

Lors d’un voyage de trois semaines en Italie, alors que nous vivions à Paris, elle avait cette fois préparé sa valise à l’avance parce qu’elle ne voulait manquer de rien et être à la hauteur de l’élégance italienne.

Après le long trajet en automobile qui nous avait conduit à la frontière de l’Italie, nous avions hâte de nous reposer à l’hôtel. Je sors donc les bagages des enfants du coffre de la voiture, et demande à ma femme si elle a déjà sorti la sienne. Panique, recherche effrénée. Résultat: pas de valise. Elle était restée sur le lit à Paris dans la confusion du départ!

Heureusement, il ne restait plus que 20 jours aux vacances et elle avait au moins une robe sur le dos!

Heureusement surtout, elle portait des vêtements de la même taille que ceux notre fille. Elle a cependant dû se résigner à faire un peu de magasinage.

Pendant tout le voyage, je ne me suis jamais plaint qu’elle n’avait pas de robe de nuit non plus, un T-shirt peut très bien faire l’affaire.

Lors de votre prochain voyage, n’oubliez rien quand vous faites votre valise mais surtout, n’oubliez pas votre valise!

 

Côte Amalfitaine, Italie

Côte Amalfitaine, Italie